Taking too long? Close loading screen.

Immersion française : rien n’est coulé dans le béton, déclare Higgs

by | Feb 2, 2023 | Uncategorized


Lorsque le gouvernement du Nouveau-Brunswick a dévoilé son plan pour l’immersion française en décembre, il disait vouloir miser sur le modèle 50-50 voulant que tous les élèves du primaire passent la moitié de leur journée à apprendre en français. Actuellement, les élèves du primaire qui participent au programme d’immersion font entre 80 % et 90 % de leurs apprentissages en français.

Blaine Higgs dit aujourd’hui que la mise en place du modèle 50-50 n’a jamais été certaine. Si ça l’avait été, il n’y aurait pas eu de raison de faire des consultations. C’était une proposition afin de voir s’il y avait une façon d’avoir plus de succès.

En décembre, le gouvernement avait pourtant présenté ce modèle comme le cadre de son nouveau programme d’apprentissage, prévu pour septembre.

Bill Hogan donne une conférence de presse.

Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Bill Hogan, a présenté le 15 décembre 2022 le programme de français langue seconde qui remplacera l’immersion française dans les écoles anglophones du Nouveau-Brunswick. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Océane Doucet

Au cours des dernières semaines, le ministre de l’Éducation Bill Hogan et son sous-ministre pour les écoles anglophones John McLaughlin se sont dits ouverts à d’autres scénarios.

Blaine Higgs a fait écho à ces commentaires mercredi. C’est la première fois qu’il s’exprime publiquement sur la question depuis la tenue de trois consultations publiques à Moncton, à Saint-Jean et à Fredericton, qui ont rassemblé plus de 900 personnes. Tous les commentaires exprimés étaient défavorables au plan du gouvernement.

Foule assise.

Plus de 300 personnes ont assisté à la séance de consultation publique sur le remplacement de l’immersion française à Saint-Jean le 24 janvier. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Une ouverture qui réjouit les opposants au projet

Même s’ils ne sont pas prêts à crier victoire, ceux qui avaient exprimé leur opposition aux changements proposés par le gouvernement sont soulagés.

Le directeur général de l’organisme Canadian Parents for French au Nouveau-Brunswick, Chris Collins, dit trouver encourageante cette ouverture du premier ministre. Il espère que le plan du gouvernement provincial sera tout simplement abandonné.

Chris Collins.

Chris Collins, directeur général de Canadian Parents for French au Nouveau-Brunswick (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

La cheffe du Parti libéral Susan Holt abonde dans le même sens. Je suis heureuse d’entendre que le premier ministre a ouvert la porte à des changements, parce que c’est clair que l’élimination de l’immersion française, ce n’est pas une bonne idée et ce n’est pas ce que les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises veulent.

Susan Holt a déjà affirmé qu’elle rétablirait le programme d’immersion si elle était élue première ministre. Elle dit aujourd’hui être prête à étudier un programme hybride entre le programme actuel et le modèle 50-50 proposé par le gouvernement.

Avec des informations de Frédéric Cammarano et de Jacques Poitras



Immersion française : rien n’est coulé dans le béton, déclare Higgs by